Au pays de la Téranga pour le Yali

Yali Session 14

Le 22 Mars 2019 j’arrivais à Dakar avec 11 autres compatriotes tchadiens pour suivre la formation YALI. Le Young African Leadership Initiative (YALI) est un programme initié par le Président Barack Obama qui a pour objectif de développer les compétences en leadership des jeunes Africains porteurs de projets.  

En 2010 lors de sa visite sur le continent, Obama a demandé aux Africains ce qu’ils aimeraient que lui, en tant que Président des États-Unis d’Amérique, lègue à la jeunesse Africaine. Étant lui-même Kenyan par son père, il a ainsi démontré son intérêt de contribuer au développement d’une grande Afrique. Les jeunes de la salle se sont prononcés en lui demandant d’investir dans les prochaines générations grâce à un programme de développement des compétences nécessaires pour réussir en Afrique dans les domaines du Public Management, Civic Leadership et Business Entrepreneurship. C’est ainsi que le programme YALI est né et qu’il a pu se déployer au Kenya, Sénégal, Ghana et en Afrique du Sud.

Sur plus de 3000 applications, nous étions 101 participants venant de 16 pays d’Afrique retenus pour la session 14. Faisant parti du programme Business & Entrepreneurship, c’est avec beaucoup de fierté que j’ai représenté ma patrie le Tchad au Sénégal. J’y suis allée en tant que Responsable de l’Entreprenariat Féminin pour la Société de Développement de Produits Alimentaires en Afrique (SDPA), mais aussi en tant que porteuse d’un projet qui me tient beaucoup à cœur qui s’appelle MARAZEN.

Cette expérience m’a beaucoup rapproché de mon continent, a édifié mes convictions de m’impliquer davantage dans ma communauté et a éveillé des sens en moi que je croyais enfouis. Dans un contexte 100% Africain, je me suis redécouverte. J’ai découvert une Afrique qui scintille aux quatre coins du continent et j’ai été émerveillé de voir comment mes confrères Africains sont engagés et déterminés à la faire briller comme elle se doit.

Yali c’était comme être de retour à la FAC, mais cette fois avec des sujets plus propres à nos besoins et notre situation présente. En classe du Lundi au Vendredi, nous avons appris à gérer et à comprendre nos émotions pour faire face aux challenges du monde entrepreneurial. De plus, nous avons étudié notre profil de leadership en y repérant toutes les failles et les points forts. Une grande remise en question sur le type de changement que nous voulions voir dans le monde a été faite en mettant notre créativité et notre enthousiasme au service de nos communautés.

Avec des cours sur les techniques de négociations pour entreprendre et la prise de risque, j’ai appris à ne plus douter de mes capacités. Si je suis arrivée où je suis, c’est parce que je suis compétente et que je peux me surpasser, car avec de la détermination, un sens de la rigueur bien cultivé et du courage pour sortir de ma zone de confort, de grandes et belles choses peuvent arriver.

En classe au Synapse center

Aussi, avec les coachings personnalisés en marketing et finance, nous avons pu retravailler notre business plan et notre plan d’affaires. Je ne peux pas encore vous dire que je suis prête à 100%, mais j’ai définitivement avancé dans la rédaction de mon projet.

D’ailleurs est ce qu’une idée d’entreprise peut finir de se développer un jour? Je ne le crois pas.

Entre les cours et les séances de coachings enrichissantes, j’ai aussi eu l’opportunité de visiter quelques entreprises sénégalaises dans le domaine des TIC comme GSIE Technology et Jokkolabs qui prônent la réussite du continent par leur excellence et leur panafricanisme.

Ce qui m’a le plus marqué lors de nos sorties pédagogiques dans ces entreprises était leur vivacité et leur motivation de faire bouger l’Afrique. Avec mon équipe; « les Wo’Geek » formé de 4 jeunes dames aussi inspirante les unes que les autres, nous nous sommes entretenues avec les responsables de ces entreprises pour comprendre leur méthodologie, leur structure, leurs bonnes pratiques, leurs forces, mais aussi leurs faiblesses.

Dans les bureaux de Jokkolabs

Les conseils qui nous ont été principalement prodigués par ces deux entreprises sont de croire en nous, de croire en nos projets et de se concentrer sur les solutions des problèmes que nous tentons de résoudre. Ils ont aussi insisté sur le fait que nous devons apprendre à anticiper, apprendre à échouer, mais surtout apprendre des expériences des autres. Les étapes primordiales à franchir pour réussir en tant qu’entrepreneur seront d’accepter de travailler en équipe, de cultiver notre humilité et de savoir s’entourer de personnes ressources pour avancer dans la bonne direction. En quelques mots, je retiens qu’il faut savoir être un leader et non un chef.

Sinon, Dakar m’a charmé par sa simplicité, ses belles architectures, sa culture polyvalente tellement riche en couleur, riche en traditions et patrimoine, mais surtout riche en créativité. Je n’avais jamais rencontré de peuple aussi créatif que les Sénégalais! C’est comme si l’air qu’on y respire là-bas stimule les gens à créer des chefs d’œuvres dans tous les aspects de leur vie.  

Comme J-L. Roy l’a dit, « Celui qui vous a dit ‘Gorée est une île’ celui-là a menti. Cette île n’est pas une île, elle est un continent de l’esprit ».

De Gorée au Monument de la Renaissance Africaine, jusqu’au fin fond des marchés Sandaga et HLM en passant par les plages sur la corniche, j’ai eu l’immense joie de visiter un peu Dakar avec mes très chers Yaliens. Les sorties dans les beaux restos de la ville, les promenades sur les Almadies, les virés à Magic Land, les soirées « Dakar by night » jusqu’à 6h du matin, les balades shopping entre filles et les simples moments à papoter toute la nuit seront des souvenirs que je chérirais toute ma vie.

Même si le temps était assez restreint pour les visites et les activités personnelles, chaque moment passé avec mes confrères du YALI restera à jamais gravé dans mes esprits. Je n’ai malheureusement pas eu le temps ou l’occasion d’échanger avec tout le monde individuellement, mais je sais qu’aujourd’hui j’ai 100 frères et sœurs un peu partout sur le continent avec qui je partagerai pour toujours un lien très fort. Une petite dédicace à ma Co chambrière Djelika Traore avec qui j’ai passé mes plus beaux moments du Yali et qui m’a charmé par son grand sourire et son cœur pure.

De Bamako à Abidjan en passant par Ouagadougou et Cotonou, l’Afrique est belle, dynamique, pleine de richesse et de savoir.

Je sais désormais que j’ai comme mission de la faire briller partout où j’irai.

Yali un jour, Yali toujours. Vive Yali. Vive l’Afrique !

Les Yaliens à Gorée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.